La pêche en Mauritanie

Les eaux mauritaniennes sont balayées par le courant froid des Canaries qui descend du nord vers le sud et le courant marin de la Guinée qui remonte du sud vers le nord, assurant ainsi la formation des pêcheries productives grâce à la présence du phénomène d'Upweeling (remontée en surface de masses d'eaux marines profondes riches en matières premières). Ce qui fait de la côte mauritanienne, l'une des côtes les plus poissonneuses du monde.

La pêche en Mauritanie est synonyme de pêche maritime. L'aquaculture n'existe pas, si ce n'est des expérimentations à portée limitée.

Les pêches se divisent en deux catégories :

  • La pêche industrielle
    Cette pêche se réserve la part du lion, près de 400 000 tonnes de captures par an en moyenne. Dans la pêche industrielle, on distingue la pêche de fond (céphalopodes, crustacés et poissons démersaux) et la pêche industrielle pélagique (sardinelles, sardines, maquereaux, chinchards, sabres, anchois et thons).
  • La pêche artisanale et côtière
    Cette pêche est principalement dédiée aux pêcheurs mauritaniens. Le total des captures estimées par an est de 100 000 tonnes.

Ressources halieutiques de la ZEE mauritanienne

Poissons Potentiel de capture
(en t)
Capture courante
(en t)
Céphalopodes    
    Poulpes 35 000 20 000
    seiches 10 000 6 000
    calamars 10 000 6 000
Poissons démersaux    
    espèces au large 30 000 15 000
    espèces côtières inconnu 10 000
Merlus 13 000 11 000
Mulets inconnu 10 000
Crustacés    
    crevettes profondes 12 500 9 000
    crevettes côtières 10 000 6 000
    crabes 5 000 3 000
    langoustes roses 10 000 7 000
    langoustes vertes 20 000 12 000
Poissons pélagiques    
    chinchards 600 000 200 000
    thons jaunes (albacore) stock atlantique 20 000
    bonites à dos rayé idem 200 000
    sardinelles 750 000 400 000
    thons obèses (patudo) stock atlantique 20 000